Crash Test : Mario Party: Star Rush

« Hey, salut à toi l’ami ! Bienvenue dans cette visite guidée du nouveau Mario Party ! Je suis Toad, ton ami. Allez, viens ! Tu vas voir tout ce qu’on peut faire ! »

Oh ! Du calme Toad, je sais qu’il faut que tu sois enthousiaste mais vas-y doucement le champi… Parce que pour ce 14e opus (le 2e sur 3DS), Nintendo n’a pas sorti le jeu de l’année. Voyons pourquoi.

C’est (Mario) parti !

Si je vous dit Mario Party, vous allez me répondre pêle-mêle « jeu de plateau », « mini-jeux », « chiant », « long », « fous rires » ou « ces satanés étoiles bonus ». Et pour le coup, même si c’est un nouvel épisode, vous avez raison. En lançant le jeu, vous arrivez sur une jolie place : l’esplanade de Star Rush. Mais à part un Toad,  seuls trois choix s’offrent à vous : le musée des persos, les mini-jeux (que vous n’avez pas encore débloqué à ce stade) et le mode Tumulte des Toad. Pour agrandir cette place, un seul moyen : jouer et accumuler des points Mario Party afin de monter de niveau. Ce qui permet de débloquer ensuite des nouveaux modes de jeux et des nouveaux persos. Vous pourrez aussi tricher et débloquer du contenu plus rapidement avec les amiibo, mais ils ne servent à rien de plus.

Procédons maintenant au passage en revue de ces modes que vous allez découvrir au fil du jeu :

mariopartyzigzag

Le Tumulte des Toad vous permet d’incarner le magnifique Toad, sur un plateau façon Cluedo, exit le plateau type « Jeu de l’oie » avec un chemin prédéfini. Ici, vous choisissez vos déplacements, et si vous souhaitez avancer en zig zag ou en ligne droite, vous êtes libre de le faire. Autre nouveauté majeure, tout le monde joue en même temps, que ce soit pour le lancer de dé ou le déplacement. Tout ça pour récupérer les étoiles volées par les méchants habituels des jeux Mario, en les affrontant dans des mini jeux où tout le monde coopère pour leur coller une bonne raclée. Celui ayant le mieux réussi repartant avec l’étoile !

Pour vous aider dans votre quête, vous pourrez, tel une agence d’intérim, recruter Mario et ses potos qui glandent sur la map pour jouer avec. Ils vous apporteront des dés spéciaux et vous formerez une plus grande équipe pour défoncer les boss, et marquer ainsi plus de points. Outre ces combats, des ballons apparaîtront au cours de la partie sur le plateau et ce sont eux qui déclencheront l’apparition d’un mini jeu, malheureusement sans trop d’enjeu puisqu’ils permettent de gagner 5, 4, 3 ou 1 pièce selon son classement, on a du mal à comprendre un si petit écart entre les récompenses.

bossmp
Contre un boss avec 5 alliés, ça fait du monde !

Après avoir battu les gros méchants, annonce des résultats, avec quatre bonus de pièces aléatoires qui peuvent tout faire basculer (ou pas) puis conversion de toutes vos pièces en étoiles, au taux de 10 pièces l’étoile. Oui, le Royaume Champignon a fait son Brexit lui aussi, les cours se sont effondrés et les Toad se retrouvent à la rue, c’est terrible ! Mais on a comme d’habitude un gagnant très content, et les autres qui l’applaudissent hypocritement.

Bon, dans le fond, c’est un mode assez cool, les parties durent une petite demi-heure, en fonction du choix de la carte. L’idée de faire jouer tout le monde en même temps est excellente… mais vous pesterez toujours contre votre pote qui va réfléchir pendant 30 secondes afin de trouver le déplacement optimal qu’il puisse faire sur la carte. Ce qui casse beaucoup trop le rythme du jeu. Petite astuce pour éviter ce problème : ne jouez pas avec des potes trop relou !

Picsou x Star Wars

numismathlonDeuxième mode de jeu : le Numismathlon. Il se déroule sur un plateau ovale, mais où vous ne lancerez pas le moindre dé. Pour avancer, il suffit de collecter les pièces, tel un numismate, dans une série de 3 mini-jeux, qui se répètent en boucle, en boucle, en boucle, mais avec une difficulté croissante suivant l’avancement de la partie. Vous pouvez définir le nombre de tours de plateau nécessaire à la victoire, ce qui permet de raccourcir ou d’augmenter le temps de jeu, qui reste dans tous les cas relativement court.

Ce qui m’a plu dans ce mode de jeu, c’est son côté Mario Kart. En effet, après avoir récupéré un certain nombre de pièces, une boîte à objets apparaît dans le mini-jeu. à vous de l’attraper pour obtenir un bonus pour vous, ou un malus pour votre adversaire : Kamek pourra l’enchaîner, ou l’éclair ralentira son jeu pour qu’il progresse moins vite.

Troisième mode de jeu : la Fête des ballons ! Sur un plateau rikiki, des ballons apparaissent. Ils contiennent 5 ou 10 pièces ou encore des étoiles (entre une et trois) qu’il faudra payer au prix de 10 pièces par étoile. On se promène sur ce lopin de cases, on va chercher les petits ballons pièces pour se faire des thunes et jouer aux mini-jeux, puis une fois les bourses pleines, on file éclater le ballon étoile pour procéder à l’échange. Là aussi, tout le monde joue en même temps, et les mini-jeux sont présents quasiment à chaque tour. C’est le mode de jeu qui ressemble le plus aux Mario Party historiques, même si on regrettera les temps de chargement entre les plateaux et les minis jeux qui sont très longs. On veut quelque chose de rapide, pas un truc chiant qui ruine la bonne ambiance et la convivialité d’un tel jeu.

ballon
Le ballooooon ! <3

Bonus track

Pas la peine de s’attarder sur ce mode, puisqu’il faut vous présenter le Récital en rythme. Ce mini-jeu est présenté comme un mode de jeu à part entière, alors qu’il s’agit d’un simple jeu de rythme où vous devez toucher votre écran muito-tactile lorsque le petit cercle entoure la note. Oui, un jeu de rythme avec un seul input, même pas de flèche gauche droite pour varier les plaisirs. Quant au choix des musiques, ce ne sont que des classiques des différents opus de Mario. En gros, c’est tout pourri, et on passe au Mario-Gammon.

mariogammonCe mode de jeu n’a rien à voir avec le Backgammon, c’est un simple jeu de plateau avec trois pistes en ligne. 2 joueurs possédant une équipe de trois pions se font face, le but ? Rejoindre le camp adverse. Si vous passez par une case où se trouve un des pions de votre adversaire, il tombe et passe son tour. Si vous vous arrêtez dessus, le pion est directement renvoyé au départ. La partie se plie en 10 minutes chrono, mais le jeu n’est pas totalement dénué d’intérêt, il est parfait pour finir la session de jeu sur les modes principaux. On peut essayer de mettre en place une stratégie, en espérant que les dés soient de notre côté.

Pour terminer, deux autres modes de jeux (mais en réalité qui sont de simples mini-jeux) sont à votre disposition : le Boulier de Boo, variante de jeux comme Candy Crush où il faut aligner au moins trois chiffres identiques pour les faire disparaître ; et la Tour du défi, grand démineur vertical où vous devrez éviter les Amps (les ennemis qui ressemblent à de petites boules noires électriques), via des indications simples : une case bleue, la voie est libre ; jaune, faites attention, l’une des quatre cases adjacente est piégée ; rouge, il y en a deux et violet, c’est même pas la peine, faites demi-tour, la seule issue est de revenir par le chemin que vous venez d’emprunter.
Autant le Boulier de Boo est chiant comme la pluie, autant cette tour est un sympathique casse-tête, où vous n’aurez aucun droit à l’erreur (sauf si vous possédez des amiibo, chaque amiibo pouvant vous sauver une fois par jour).

tourmarioparty
Vous pouvez marquer les cases minées.

Au niveau des mini-jeux proposés, ils sont variés, faciles à prendre en main : finie l’explication à lire et des contrôles à apprendre, tout est indiqué rapidement avant chaque mini-jeu. Dès que tout le monde est prêt, les joueurs le signalent et le jeu se lance. Mais là où le bât blesse, c’est sur leur nombre : seulement 26 mini-jeux classiques. 12 contre des boss, 12 pour le mode de jeu Numismathlon, et 3 épreuves de Bowser. 53 mini-jeux : nous voilà revenu exactement au même nombre que dans le premier Mario Party. Dommage.

Conclusion

aurevoirmarioComme à peu près tous les Mario Party, le jeu est dénué de réel intérêt en solo (mis à part découvrir et débloquer les modes de jeux si nos amis ne sont pas là) mais en multi, le jeu s’avère sympa pour quelques parties entre amis, s’ils sont fans du genre. Surtout qu’il a gardé la bonne habitude des opus précédents sortis sur DS et 3DS, à savoir qu’il n’y a pas be